" Jeune cocher de Londres "

Lot Number 105
Author RIMBAUD, Arthur
Title " Jeune cocher de Londres "
Year Published 1873
Place Printed
Printed By
Description " Jeune cocher de Londres " Rarissime et tres precieux dessin original, avec legende autographe : " Jeune cocher de Londres " et legende manuscrite : " Dessin d'Arthur Rimbaud. Londres 1873 ", cette derniere " Atant probablement de la main de Verlaine " selon Jean-Jacques Lefrere (Les Dessins d'Arthur Rimbaud). Encre et plume, 12, 5 x 7, 5 cm, encadrement sous verre.
Comments Un des 5 documents connus illustres par Rimbaud. Le poete, qui frequenta Fantin-Latour, Gill, Forain, fait la part belle aux notations colorees dans son ouvre poAtique, mais d'une maniere subjective tres originale - voyelles en est l'exemple extreme. Rimbaud semble nenmoins avoir Ate plus attire par la caricature que par la grande peinture : Forain raconte comment son ami regardait par la fenetre lors d'une visite commune au Louvre. Rimbaud a peu pratique le dessin lui-meme : mis a part deux pieces portant des croquis utilitaires, il n'a laisse que seize dessins de sa main illustrant cinq rarissimes documents de jeunesse recenses par Jean-Jacques Lefrere (Les Dessins d'Arthur Rimbaud). Il s'agit du " cahier des dix ans ", qui portent sept scenes humoristiques (7 ff. en sont conserves au Musee-bibliotheque Arthur-Rimbaud de Charleville-MAzieres, et un f. dans une collection particuliere) ; de l'" Album zutique ", dont un des " vieux coppees " de Rimbaud est accompagne de trois dessins (cet album est aujourd'hui la propriete des heritiers Latecoere) ; du present " Jeune cocher de Londres " ; et de deux lettres a Ernest Delahaye, l'une de mai 1873 illustree de deux compositions, l'autre de mars 1875 illustree de trois compositions (lettres conservees toutes deux a la Bnf). Il existe Agalement des " decalques " executes a partir de periodiques illustres qui ont appartenu a la famille Rimbaud, mais que l'on ne peut attribuer avec certitude a Arthur ou a son frere et ses sours. Ce sont ces decalques sans paternite sure qu'Apollinaire avait trouves " tres amusants, tres singuliers " (" Dessins d'Arthur Rimbaud ", dans Paris-journal, 10 juillet 1914). Un autre " Cocher ivre " de Rimbaud. Personnages universellement reputes pour leur langage ordurier, leur caractere violent et leur ivrognerie, les cochers ne pouvaient manquer d'attirer le regard de Rimbaud, qui en fit un poeme inscrit en 1871 dans l'" albulm zutique ", " Cocher ivre " : " Pouacre Boit : Nacre Voit : ecre Loi, Fiacre Choit [...] " Verlaine, qui fut le compagnon de Rimbaud en Angleterre en 1872-1873, Avoque les cochers londoniens dans une lettre a son ami Edmond Lepelletier du 22 septembre 1872. Il y decrit la population bigarree des pubs de Londres : " messieurs biens mis, pauvres hideux, portefaix tout en blanc, cochers bouffis comme nos cochers et hirsutes comme eux ". Verlaine conserva jusqu'A sa mort cette relique de son compagnonnage avec Rimbaud. Verlaine, qui avait recu une lettre de Rimbaud en aout 1871, l'accueillit a Paris en septembre, et debuta avec lui une amitie houleuse qui souleva le scandale. En juillet 1872, il partit vagabonder en Belgique avec Rimbaud, delaissant sa femme a qui il ecrivit : " Ne pleure pas ; je fais un mauvais reve, je reviendrai un jour ". Quand celle-ci vint a Bruxelles pour tenter de le recuperer, il accepta d'abord de revenir avant de s'echapper finalement en lui ecrivant cette fois-ci : " Miserable fee carotte, princesse souris, punaise qu'attendent les deux doigts et le pot, vous m'avez fait tout, vous avez peut-etre tue le cour de mon ami ; je rejoins Rimbaud, s'il veut encore de moi apres cette trahison que vous m'avez fait faire ". Verlaine et Rimbaud reunis gagnerent alors Londres en septembre 1872. Verlaine : " Ma vie ici est tout intellectuelle. Je n'ai jamais plus travaille qu'A present [...]. Me voici tout aux vers, a l'intelligence, aux conversations purement litteraires et serieuses. Le tres petit cercle d'artistes et litterateurs... " (lettre a Lepelletier, 6 novembre 1872). Vers le debut decembre 1872, Rimbaud rentra en France, laissant Verlaine dans un immense desarroi : " Rimbaud (que tu ne connais pas, que je suis le seul a connaitre) n'est plus le. Vide affreux ! Le reste m'est Agal. " (Verlaine au meme Lepelletier, 26 decembre 1872). Verlaine tomba alors tres malade, et Rimbaud revint aupres de lui : " Voici 2 fois que je crois mourir. Je n'ai de» mon salut qu'aux soins de ma mere, joints a l'admirable devouement de Rimbaud " (Verlaine a Amile Blemont, 22 avril 1873). Verlaine : " Tous les jours nous faisons des courses Anormes dans les faubourgs et la campagne " (lettre a Amile Blemont, 17 fevrier 1873). Commenca en effet un second sejour commun dans la capitale, de janvier a juillet (avec un entr'acte sur le continent en avril-mai) : " Nous apprenons l'anglais a force, Rimbaud et moi. Dans Edg. Poe, dans les recueils de chansons populaires, dans Robertson, etc., etc. De plus, chez les marchands, public houses, libraires, etc., nous nous faisons poser des "colles" au point de vue de la prononciation. Tous les jours nous faisons des courses Anormes dans les faubourgs et la campagne, Kew, Woolwich, etc. Car tout Londres nous est connu de longue date. Drury-Lane, White-Chapel, Pimlico, Angel, la Cite, Hyde-Park, etc. n'ont plus de mystere pour nous. " Nenmoins, Rimbaud refusant de travailler, des problemes d'argent se poserent, entrainerent des disputes emportees, et ce fut Verlaine qui cette fois decida de partir : " Cette vie violente et toute de scenes sans motif que ta fantaisie ne pouvait m'aller foutre plus " (telegramme de Verlaine a Rimbaud, en mer, 3 juillet 1873). Rimbaud a Verlaine : " Reviens, reviens, cher ami, seul ami, reviens. " " Je te jure que je serai bon [...]. L'affreux moment ! Mais toi, quand je te faisais signe de quitter le bateau, pourquoi ne venais-tu pas ? [...] Nous avons vecu deux ans ensemble pour arriver a cette heure-le ! [...] Oui c'est moi qui ai eu tort / Oh tu ne m'oublieras pas, dis ? / Non tu ne peux pas m'oublier. Moi je t'ai toujours le. / Dis, reponds a ton ami, est-ce que nous ne devons plus vivre ensemble ? " (Londres, 4 juillet 1873). Rimbaud a Verlaine : " Avec moi seul tu peux etre libre [...] Resonge a ce que tu Atais avant de me connaitre " (Londres, 5 juillet 1873). C'est quand ils se retrouverent en Belgique, que Verlaine tira un coup de feu sur Rimbaud, le 10 juillet 1873, mettant fin a cette tumultueuse relation. A? Londres, Verlaine composa ses Romances sans paroles, tandis que pres de lui Rimbaud ecrivait des pages des Illuminations et d'Une Saison en enfer... Provenance - Collection Cazals. Le dessinateur et chansonnier Frederic-Auguste Cazals (1865-1941), ami des dernieres annees de Verlaine, avait recu en legs de celui-ci un important ensemble de papiers et de souvenirs, dont le present dessin. - Bibliotheque Aluard, ne 5 du catalogue de 1956 de la librairie Rauch. - Bibliotheque du checteau de Prye (collection Emmanuel Du Bourg de Bozas), ne 228 du catalogue de sa premiere vente aux encheres, Drouot-Montaigne, etude Laurin-Guilloux-Buffetaud-Tailleur, 27 juin 1990. Avec reproduction. Expositions - POIL ET PLUME. Paris, galerie Boissy d'Anglas, mars 1909. - L'UN POUR L'AUTRE, LES ECRIVAINS DESSINENT. Caen, IMEC, Lisbonne, Musee Berardo, Ixelles, Musee communal, janvier 2008-janvier 2009. Reproduction dans la notice ne 12 du catalogue. Bibliographie - BOHER (Alain). Rimbaud : l'heure de la fuite. Paris, Gallimard, collection " Decouvertes ", 1991. Reproduction p. 74. - DESSINS D'ECRIVAINS. Paris, Aditions du Chene, 2003. Reproduction p. 45. - FAUCHEREAU (Serge). Peintures et dessins d'ecrivains. Paris, Aditions Belfond, 1991. Reproduction p. 88. - JEANCOLAS (Claude). Passion Rimbaud : l'album d'une vie. Paris, Textuel, 1998. Reproduction p. 93. - LEFRERE (Jean-Jacques). Arthur Rimbaud. [Paris], Fayard, 2011. Reproduction dans le second cahier de planches. - LEFRERE (Jean-Jacques). Les dessins d'Arthur Rimbaud. Paris, Flammarion, 2009. Reproduction sur la couverture et p. 37. - MATARASSO (Henri) et Pierre PETITFILS. Album Rimbaud. [Paris], Gallimard, Nrf, Pleiade, 1967. Reproduction p. 151. - PETITFILS (Pierre). Album Verlaine. [Paris], Gallimard, Nrf, Pleiade, 1981. Reproduction p. 113. - RIMBAUD (Arthur). ouvres. Strasbourg, Aditions Broceliande, 1960. Reproduction p. 61.
References
Provenance
Estimated Price EUR 120,000.00 - 150,000.00
( USD 165,600.00 - 207,000.00 )
Actual Price EUR 285,554.00 ( USD 376,931.28 )

Search

AUCTION DETAILS

Auction House Artcurial
Website http://www.artcurial.com/fr/
Auction Name Drawings of Writers
Sale Number #18093
Auction Date February 14, 2012 - February 14, 2012
Book Images