Manuscrit preparatoire de son "Essai sur la fortification de campagne".

Lot Number 69
Author NAPOLEON Ier.
Title Manuscrit preparatoire de son "Essai sur la fortification de campagne".
Year Published 1818
Place Printed Ile de Sainte-Helene
Printed By
Description NAPOLEON Ier. Manuscrit preparatoire de son "Essai sur la fortification de campagne".Ile de Sainte-Helene, juillet 1818-aout 1819 et s.d. Environ 180 ff. in folio, la plupart ecrits aux recto et verso (soit environ 310 pages), dictes au grand-marechal Bertrand et au valet de chambre et secretaire Louis Marchand (avec quelques breves notes d'une autre main, probablement de Louis-Etienne Saint-Denis), dont 24 pp. avec ajouts et corrections autographes de Napoleon Ier. Les papiers sont de facture anglaise, filigranes "D & C 1813", "Iping 1813", "Golding & Snelgrove 1815", "GR1815", "Radway 1815", "VEIC 1815", "J. Whatman W. Balston &C1815", "T.Edmonds 1816".Seul un des dessins depliants est sur papier velin non filigrane. L'ensemble forme six "liasses": quatre d'entre elles (n 1 et 4 a 6) sont attachees par des rubans de soie rose avec sceaux armories de cire rouge des comtes Bertrand, sous chemises avec titres autographes signes dates 1869 par le general Henry Bertrand, fils du grand marechal (ces chemises sont tres usagees et un des sceaux est brise).Deux de ces liasses sont accompagnees d'un bifeuillet portant un commentaire autographe signe par E. Chepy, membre auxiliaire de la commission de la Correspondance de Napoleon Ier. Les importants fragments manuscrits qui les accompagnent proviennent apparemment des liasses n 2 et 3 dont les chemises n'ont pas ete conservees.La plus importante partie en mains privees des "dictees de Saint-Helene" Un souvenir des travaux de l'empereur en exil. Napoleon Ier occupa d'innombrables heures a dicter ses pensees a ses proches, pour etablir ses Memoires, commenter les publications sur son regne, composer des essais sur les grands chefs de guerre de l'Histoire, ou encore pour tirer de son experience la matiere d'importants essais sur l'art militaire. Le present manuscrit porte sur plusieurs feuillets des dates de dictees permettant de situer leur redaction sur trois periodes: du 20 juillet au mois de decembre 1818, du 21 au 25 avril et du 27 juillet au 9 aout 1819. Les dictees au grand-marechal Bertrand. La quasi-totalite des notes sont prises ici de la main du grand-marechal Bertrand, general qui fit toutes les campagnes (present en Egypte, a Austerlitz, Iena, Friedland, etc.) et ne quitta plus l'empereur apres la campagne de France, l'accompagnant a l'ile d'Elbe et a Sainte-Helene. Son ecriture varie ici selon la vitesse avec laquelle il dut travailler, plus ou moins penchee et parfois relachee avec de nombreuses abreviations, NapoleonIer etant connu pour la vitesse de son elocution en pareille circonstance. Les dictees a Louis Marchand. Les notes complementaires portant les titres de "Suites" aux chapitres II, III et V, sont de la main de Louis Marchand, autre compagnon d'exil, valet de chambre entre au service de la Maison imperiale en 1811: l'empereur, qui lui marquait un profond attachement en raison de son intelligence, de son devouement et de sa discretion, en ferait un de ses executeurs testamentaires, comme Bertrand, et ecrirait de lui: "Les services qu'il m'a rendus sont ceux d'un ami".Cet essai de Napoleon Ier sur la fortification de campagne, comprend un chapitre sur Vauban L'aboutissement d'une reflexion nouvelle sur une preoccupation ancienne. Lors de ses campagnes, comme en temoigne sa correspondance, l'empereur attachait deja une grande importance a ces travaux d'urgence protegeant les troupes en campagne, parfois realises en pleine bataille. Se livrant a des reflexions approfondies sur son experience militaire et sur l'art de la guerre en general, il en vint a se passionner pour cet aspect particulier du metier, affirmant: "Les principes de fortifications de campagne ont besoin d'etre perfectionnes.Cette partie de l'art de la guerre est susceptible de faire de grands progres" (propos dictes pour ses Memoires au general de Montholon).Avec la collaboration du general du genie Bertrand. Fort de ses competences techniques et scientifiques dans le domaine de l'artillerie, il mit a contribution les competences du grand-marechal Bertrand, ancien general du Genie ayant fait ses preuves sur les champs de batailles. Les Cahiers de Sainte-Helene rediges par ce dernier (publies de 1949 a 1959) portent de nombreuses mentions de leurs travaux communs, et le present manuscrit porte traces de problemes et exercices theoriques soumis a la sagacite de l'empereur par Bertrand.Il est a noter egalement que, durant le deuxieme semestre de 1819, Napoleon Ier ferait realiser a Longwood une tranchee avec talus, et que cette realisation officiellement destinee a elever une protection contre les vents, serait en fait concue sur le modele des fortifications de campagne. Travaux preparatoires pour cinq chapitres. Le present manuscrit preparatoire correspond a peu pres aux cinq premiers chapitres prevus dans un sommaire figurant sur le premier feuillet de la liasse n 6: "Chapitre 1er. Fortifications de campagne de Vauban. Chap. 2. Systeme de fausse-braye. Chap. 3. Ouvrages de bataille. Chap. 4 Campagne d'un bataillon,... d'une brigade,... d'une division,... d'un corps d'armee,... d'une grande armee,... d'un convoi. Chap. 5. Des lignes de contrevallation et de circonvallation" (cette transcription developpe les abreviations).Environ 90 lignes autographes de Napoleon Ier, d'un interet majeur sur sa conception de l'art militaire Le resultat d'une relecture active des dictees. Reparties sur 24 pp., dont 2demi pages cursives, elles correspondent a des relectures actives de ses dictees.Par exemple, la "Suite du chapitre 5" de la main de Louis Marchand (dans la liasse n 5), particulierement travaillee, biffee et corrigee, comporte notamment deux paragraphes entiers de la main de l'empereur: "Ces 156 ttt [toises cubes] constituent le premier etat du camp. Si au lever du soleil le camp est attaque, les redoutes seront en etat. Un sisteme de 5 rangs de feux, un bon fosse, un epaulement de 4 p. [pieds] d'epaisseur a l'abri des petites armes, un fosse perdu, des trous de loup, un abattis couvert par un avant-fosse, et... un talus garni de piquets." "Pendant les premiers jours, les terrassiers travailleront 10 heures 12', et fairont 10,171 ttt pour porter les redoutes, 128 t [toises] au profil n12/3 ttt, 238 ttt, pour porter les 3 cotes du devant de la caponniere au profil nIttt 354ttt pour porter le cote du front de la caponniere de 4t a 2 2/5 t = 263... "Avec 42 dessins, dont 2 spectaculaires "profils"de fortification depliants etablis par l'empereur Des profils de fortification et diagrammes cotes: une trentaine de vues en coupes de fortifications de campagne (tranchees et talus), et quelques diagrammes cotes en relation, a l'encre ou au crayon. Deux de ces profils sont representes en developpements tout a fait exceptionnels, l'un au crayon sur une bande de papier d'environ 16x165cm (numerotee 5 a l'encre rouge), l'autre au crayon et a l'encre (numerote 6 a l'encre rouge) sur une bande de papier d'environ 20 x 94 cm, avec des legendes autographes de l'empereur et certaines du grand-marechal Bertrand. Une batterie de canons. En marge du feuillet 5v de la liasse n 5 est representee au crayon une vue au sol de plusieurs canons sur affuts a roues. Des folies fortifiees. Au feuillet 69v de la liasse n6 figurent des redoutes imaginaires, delassements graphiques tels qu'on en trouve sur quelques rares autres manuscrits de Napoleon Ier datant de Sainte-Helene. Un manuscrit de travail plus vaste que la version definitive imprimee Publiee sous le Second Empire dans la grande Correspondance, la version definitive est plus aboutie mais parcellaire: la commission de la Correspondance de Napoleon Ier, a eu le present manuscrit preparatoire en main, mais a renonce a l'exploiter en raison des abreviations qui caracterisent les dictees prises par le grand-marechal Bertrand. C'est Henry Bertrand, fils de celui-ci, qui l'a communique a la commission: il l'a divise en liasses attachees sous chemises titrees et signees de sa main. La commission a ainsi publie un autre manuscrit, acheve mais plus restreint, egalement communique par le fils Bertrand (OEuvres de Napoleon Ier, pp. 550-577, dans Correspondance de NapoleonIer, t. XXXI, Paris, Imprimerie imperiale, 1869).Dans une autre "dictee" inseree dans le present manuscrit, on entend Napoleon Ier raconter sa campagne de Russie "elle ne doit pas s'appeler une retraite puisque l'armee etait victorieuse." Les feuillets 63 a 69 de la liasse n 6 portent une extraordinaire dictee de Napoleon Ier concernant essentiellement la campagne de Russie: prise en note par le grand-marechal Bertrand, probablement entre deux dictees sur les fortifications, elle fut conservee a cette place sans le savoir par le general Henry Bertrand en 1869. Le premier bifeuillet, qui servait jusque la de chemise pour cette partie des papiers, resta tel quel lors de l'attache et de la foliotation de la liasse, ce qui explique pourquoi le feuillet numerote 69 doit en fait se lire apres le feuillet numerote 63 et avant le feuillet numerote 64. Reponse de Napoleon Ier aux critiques sur la campagne de Russie formulees par le general baron Joseph Rogniat dans ses Considerations sur l'art de la guerre parues en 1816. L'empereur donne ici des precisions sur l'organisation de la logistique (hopitaux, communications, etc.), l'etat d'esprit de la population russe, la prise de Smolensk, la marche sur Moscou et son incendie, la bataille de Maloiaroslawetz, et il designe l'hiver russe comme son seul vainqueur, affirmant que la campagne aurait pris un tour different si elle s'etait deroulee trois mois plus tot. Temoignage essentiel, formidable plaidoyer, ce texte fameux figure ici dans sa version originelle en premiere dictee. Laversion definitive imprimee presenterait quelques variantes, dans la "xiiie note" sur l'ouvrage de Rogniat dans les Memoires pour servir a l'histoire de France, sous Napoleon, ecrits a Sainte-Helene (Paris, Didot, Bossange, 1823, t. II, pp.96 120), puis egalement dans la "treizieme note" sur l'ouvrage de Rogniat dans les OEuvres de Napoleon Ier comprises dans l'edition de la Correspondance de Napoleon Ier (t. XXXI, Paris, Imprimerie imperiale, 1869, pp. 455-469).Dans les transcriptions ci-dessous, les abreviations ont ete developpees."[paragraphe B, f. 63v puis 69r:] ...Il y avait des hopitaux sur toute la ligne, il y en avait pour 5000 personnes a Smolensk, un autre a Dorogobuj, un autre a Gjat, un autre a Mojaisk, de tres considerables a Moscou. Pas un malade, pas un homme isole, pas une estafette, pas une communication, pas un convoi n'ont ete pendant la campagne enleves depuis Smolensk jusqu'a Mayence.On n'a pas ete un jour sans recevoir de nouvelles de France.On a tire a la bataille de Smolensk plus de 60 mille coups de canon, le double a la bataille de la Moskowa. Les consommations etaient considerables tous les jours,... en partant de Moskou chaque piece etait approvisionnee a pres de 400 coups.On eut une telle surabondance de munitions et de caissons qu'on en brula 500 dans le Kremlin, on detruisit plusieurs centaines de milliers de poudre et plus de 60mille fusils. Les munitions ne manquerent donc jamais. Cela fait l'eloge des generaux Lariboisiere, Ebble... commandant l'artillerie, et jamais ce corps n'a servi avec plus de distinction et en montrant plus d'habilete que durant cette campagne. [Paragraphe C, f. 69 r:] C'est bien mal connaitre la Russie que de supposer que les habitants prennent part a la guerre. Les habitants sont esclaves. Les seigneurs qui avaient des terres dans l'interieur craignant la revolte, conduisirent leurs paysans dans leurs autres terres de l'interieur de l'Empire... [Paragraphe C, f. 69 v puis 64r a 65v et 66 r:] La marche de Smolensk a Moskou etait fondee sur le principe que l'empereur, pour sauver cette capitale, livrerait une bataille, qu'il serait battu, que Moskou serait prise et que le tsar, pour sauver cette capitale ou pour la delivrer, ferait la paix, et que s'il ne la faisait pas, on trouverait dans le materiau immense de cette ville, dans les 40mille affranchis ou fils d'affranchis... fort riches qui s'y trouvent, de quoi former un noyau national pour soulever tout les esclaves de la Russie et porter un coup funeste a cet Empire. L'idee d'incendier cette ville de 300 mille ames, presque aussi etendue que Paris, n'etait pas consideree comme une chose possible. En effet, il etait plus raisonnable de faire la paix que de se porter a une telle barbarie. L'armee russe livra bataille a 3 jours avant d'arriver a Moscou, elle fut battue. L'armee entra dans la ville. Pendant 48 heures elle fut maitresse des richesses immenses de cette cite. Les 4 ou 500 palais de la noblesse etaient meubles, l'argent et les diamants, les garde-robes des dames, rien n'avait ete evacue... Ce fut alors que 8 ou 900 personnes preposees de la police, chargees de la garde de la ville et des pompes, profiterent d'un vent violent qui s'elevait, mirent le feu a tous les quartiers. Une bonne part de la ville etait construite en bois, elle renfermait une grande quantite de magasins d'eau-de-vie, d'huile et autres matieres combustibles. Mais la police avait enleve toutes les pompes.Il y en avait un millier dans cette ville car ce service etait organise avec beaucoup de soin.On n'en trouva qu'une. L'armee lutta quelques jours pour eteindre le feu inutilement. Tout fut brule. Tous les proprietaires qui etaient restes dans la ville se sauverent dans les bois ou dans leurs maisons de campagne.Il ne resta que la derniere canaille pour se livrer au pillage.Cette grande et superbe ville devint un cloaque, un sejour de desolation et de crime.Il [pouvait alors prendre] le parti de rester sur Saint-Petersbourg. La Cour le craignait et avait fait evacuer sur Londres ses archives et ses tresors les plus pretieux, elle avait attire de la Podolie l'armee [de] Kutusov... Considerant qu'[il] y avait aussi loin de Smolensk a Saint-Petersbourg que de Moskou a Saint-Petersbourg, l'empereur prefera d'abord aller passer l'hiver a Smolensk sur les confins de la Pologne, sauf au printemps a marcher sur Saint-Petersbourg.Il commenca par attaquer et battre de nouveau l'armee de Kutusov a Maleoradowits [Maloiaroslawetz] et de la fit son retour sans aucun obstacle, lorsque les glaces, les neiges et le froid detruisirent tous les chevaux, ce qui obligea d'abandonner les charrois et fut la cause des desastres de la marche sur Smolensk, car elle ne doit pas s'appeler une retraite puisque l'armee etait victorieuse, et qu'[elle] eut pu marcher egalement sur Saint-Petersbourg, sur Caligula [Kalouga], sur Toula qu'eut cherche en vain de couvrir l'armee de Kutusov... que je fusse reste a Smolensk si le prince Schwarzenberg [n'avait] manoeuvre sur Varsovie. L'amiral [Tchitchagov], etant arrive sur la Beresina, menacait mon grand depot de Vilna... Le general Dombrowski ne put defendre Borissow, en fut repousse: l'ennemi passa la Beresina et se porta sur la Dwina, ne tentant rien sur Vilna.Il fut rencontre par le duc de Reggio [Oudinot] qui le battit et le rejeta sur la Beresina apres lui avoir pris tous ses bagages." Avec une courte justification tactique et diplomatique de la campagne d'Austerlitz (dans les chapitres H et K, ff. 67r et v), en reponse a un autre passage du meme ouvrage ou Rogniat ecrivait que "cette pointe en Moravie n'etait qu'une audacieuse folie").Par ailleurs, Napoleon Ier se compare ici aux grandes figures de l'histoire militaire ancienne et recente: Alexandre le Grand, Scipion a Thapsus, Annibal a Zama, le roi Gustave-Adolphe de Suede, le prince Eugene, Frederic II de Prusse, Melas a Marengo, Mack a Ulm, le duc de Brunswick a Iena... Inseree egalement dans ce manuscrit, une chronologie diplomatique et militaire de l'annee 1801 Un recensement des actions militaires et diplomatiques de la lutte franco-anglaise (f. 38r de la liasse n4), principalement autour de la convention de paix anglo-russe signee le 17 juin 1801, de la "Guerre des oranges" entre l'Espagne et le Portugal, et de l'expedition de secours avortee a l'expedition d'Egypte par l'amiral Gantheaume.Joint 9 pieces manuscrites posterieures de meme provenance, principalement de la main du grand-marechal Bertrand, dont deux tres utiles releves avec transcriptions des corrections que NapoleonIer a portees sur trois des manuscrits des liasses ci-dessus.Provenance : archives de la famille Bertrand.
Comments
References
Provenance
Estimated Price EUR 60,000.00 - 80,000.00
( USD 82,800.00 - 110,400.00 )
Actual Price EUR 348,000.00 ( USD 452,400.00 )

Search

AUCTION DETAILS

Auction House OSENAT
Website http://www.auction.fr/cp/osenat/index.php?lang=uk
Auction Name Fontainebleau Empire
Sale Number #20422
Auction Date December 2, 2012 - December 2, 2012
Book Images